Patty, coq Cochin, matamore timoré

Patty, grand coq peureux, voudrait faire croire qu'il est un grand coq protecteur

Patty, le coq Cochin bleu, n'a jamais été un grand courageux. Déjà poussin, puis coquelet, il s'abritait derrière Chouppi, sa petite copine Araucana, ce qui est devenu passablement ridicule quand il a fait le double, le triple, puis le quadruple de la taille de Chouppi.

Maintenant qu'il est pubère, il voudrait bien se montrer courageux, mais il est toujours terriblement froussard. Il ne s'est jamais approché de la chatte Ikarou et, a fortiori, du chiot Ourqo.

Mais voilà qu'Ourqo, le chiot Shar-pei qui grandit lui-aussi à vue d'oeil est entré dans l'enclos des poules, nez à terre, occupé par sa collecte de délicieuses crottes.

Mais Ourqo est entré dans l'enclos...

Patty, en avant-poste devant le regroupement des poules au niveau de l'abri des bacs à sable, décide,  pour une fois d'aller au contact. Il s'avance et fait le matamore, mais un matamore "profil bas".

Le chiot Ourqo avance, truffe dans la paille, puis jette un oeil à Patty qui le fixe en position penchée en avant. Patty n'est pas du tout agressif, il mobilise tout son courage pour marquer sa vigilance sans manifester sa peur. Ourqo relève le nez périodiquement pour regarder le coq et poursuit sa route sans se préoccuper de lui.

Ce n'est que lorsqu'Ourqo ressort de l'enclos que Patty, qui le suit à prudente distance, se décontracte un peu.

Rien à voir avec l'attitude de Dindonnette, la poule Cochin culottée !

En fin d'après-midi, Ourqo m'a de nouveau accompagnée dans l'enclos alors que je vais voir comment Chouppi, la jeune Araucana, supporte sa selle de protection.

Là, c'est une autre histoire ! C'est Dindonnette, la poule Cochin culottée, qui s'intéresse à Ourqo pendant que le coq Atos, prudent, passe au large.

Ourqo, brave chiot confiant, se laisse approcher et avance lui-même pour flairer la poule. C'est la façon chien de faire ami-ami. La Dindonnette en profite lâchement pour lui donner un bon coup de bec sur le nez. Ourqo, surpris, s'est vivement reculé, mais il n'a eu aucun geste agressif ou de défense.

Pauvre Ourqo, il s'était déjà fait griffer le museau en s'approchant inconsidérément de la chatte Ikarou. Il apprend à ses dépends que certaines poules piquent et certaines chattes griffent ! C'est cela qu'on appelle la sociabilisation !

On appréciera la différence d'attitude posturale entre le mâle Cochin qui se veut protecteur du troupeau et la femelle qui est une foutue chipie, quand même !

Pour autant, le vrai courage est de savoir maîtriser sa peur. Mais l'inconscience facilite bien l'apparence du courage...

Date de dernière mise à jour : 02/07/2021