Deuxième semaine des poussins de Mimi, Orpington fauve

Mimi jolie, Orpington fauve de 17 mois, a fait éclore sa première couvée : 3 poussins Cochin et croisés Cochin-Orpington. Elle a appris à les mener partout dans les enclos et dans le jardin, circulant parmi les autres poules sans difficulté.

Dès la première semaine, les poussins ont fait preuve de beaucoup d'énergie, toujours en activité, cherchant avec leur mère des petites choses à manger, sans vraiment s'intéresser aux plats que je leur préparais.

La deuxième semaine commence avec des poussins qui prennent de l'autonomie, n'hésitent pas à s'éloigner de leur mère et qui ont appris à gratter vigoureusement.

Pas facile de photographier ces petites boules de plumes qui cavalent en permanence. Heureusement, de temps en temps, pendant que leur mère fait sa toilette, ils s'accordent un moment de repos.

Les poussins au 8ème jour :

Allez, Maman, on y va !

Le melon, c'est bon ! Attends-moi, je n'ai pas fini !

Très vite, le circuit est rodé

Le matin, après un rapide tour du plat de graines broyées avec de la verdure que je leur sers, la petite famille va gratter dans la terre du grand enclos. Dès que je sers les plats des adultes, ils se précipitent pour manger tout ce qu'ils peuvent. Les nouilles plaisent énormément, surtout s'il y a un peu de gruyère rapé dedans.

Ils se précipitent également sur le grand plat de verdure. C'est la même chose que ce que je leur ai servi au petit déjeuner, sauf que ce n'est pas coupé finement. Ils adorent, surtout si j'ai rajouté des coeurs de graines de tournesol.

Ils passent la journée ensuite dans l'herbe du jardin puis, rentrent vers 18 heures et réclament leur diner : un mélange de céréales avec de l'omelette aux herbes. Quand ils se couchent, leur gave est si remplie qu'elle traine presque par terre !

A dix jours, la gave bien rebondie après diner

Au douzième jour, très sûrs d'eux et maîtrisant leur environnement

A deux semaines, ils font tout comme des grands

C'est vraiment impressionnant de voir ces poussins circuler, se percher, se nourrir, faire leur toilette et se pouiller comme des grands. Ils sont souvent proches de leur maman qui les suit au moins autant qu'elle les mène, mais ils pourraient mener leur vie tous seuls.

Ils se reposent à côté d'elle mais, par le beau temps sec qui perdure, ils ne vont plus sous ses plumes dans la journée. Elle ne sert de couette que la nuit.

Je ne suis pas sûre de leurs sexes, mais il me semble que le poussin Cochin avec une tête blanche avec des tâches noires que j'appelle Google pourrait être une poulette. Pour les deux croisés Cochin-Orpington, le bleu, Blueberry et le noir et blanc, Blackberry, c'est plus difficile. Possiblement, Blackberry est un garçon et Blueberry une fille à en juger par la crête.

Je devrais mieux voir la semaine prochaine. En tous cas, je n'observe pas de différences notables de comportement et pas de début de joute, ce qui me fait espérer qu'il n'y a qu'un seul coquelet.

Autres récits sur les poussins de Mimi

 

Date de dernière mise à jour : 02/07/2021

Commentaires

  • Graciane
    En fait, depuis quej'ai publié la page, les grands poussins ont bien grandi, surtout Google, le poussin Cochin pure race. Il se relève et sa crête pousse. C'est clair que c'est un petit gars. D'ailleurs, ce n'est pas la première fois que je remarque que les poussins qui à la fois se mettent en avant et restent beaucoup dans les jupes de leur mère-poule sont de futurs coquelets.
    Je pense donc que deux des poussins de Mimi sont des mâles, ainsi qu'un des poussins Araucana et que Tipex, le poussin chéri de Zoé. J'aurai donc 4 coquelets à placer à la rentrée. Pour Google, ce ne devrait pas être trop difficile, il devrait être absolument superbe !
  • Didine
    Tu garderais donc les deux poulettes en plus des deux autres binômes ?

Ajouter un commentaire